procession

Année de création : 2016
Format : 20cm
Disponible
Forme : volumen
Texte et Illustrations : Angela Duval et AimeCBAime
Ce volumen est composé de 4 parties Un étui en céramique et 3 feuillets roulés ensemble

La Flûte

Année de création : 2016
Format : 30x25x2cm
Disponible
Forme : en feuilles
Texte et Illustrations : Edmond Haraucourt et AimeCBAime
Sur le thème de la danse macabre ce livre doit être lu à haute voix par un lecteur masqué et en face d'un regardeur qui contemple les gravures à l'eau forte

Some Urban Portraits

Année de création : 2015
Format : 40x7x2cm
Disponible
Forme : cahiers cousus
Texte et Illustrations : AimeCBAime et AimeCBAime

Voyage autour de ma chambre

Année de création : 2015
Format : 40x15x2
Non Disponible
Forme : cahiers couture copte
Texte et Illustrations : Xavier de Maistre et AimeCBAime
C'est un livre unique qui comprend des monotypes, des collages, des dessins à la gouache et des linogravures. Les couvertures sont en plexiglas gravé et l'ensemble est cousus avec une reliure copte.

L'escalier

Année de création : 2014
Format : 30x16x1
Disponible
Forme : leporello animé
Texte et Illustrations : Henry Somm et AimeCBAime

je ne suis pas n'importe qui...

Année de création : 2014
Format : 50x20x1
Non Disponible
Forme : codex
Texte et Illustrations : AimeCBAime et AimeCBAime

Autrement dit, je suis définitivement provisoire

Année de création : 2013
Format : 23cm
Non Disponible
Forme : volumen
Texte et Illustrations : AimeCBAime et AimeCBAime
A la différence du codex où chaque page correspond à une séquence, un cadrage. Chaque page annonce une rupture, une discontinuité entre l’avant et l’après, le rouleau implique le sentiment de continuité comme un instant de vie dont on ne saisit ni le commencement, ni la fin… On roule et déroule sans jamais rompre le mouvement. Plus qu’un volumen la formule chinoise (VIIIe –IXe) du livre en tourbillon renforce cette idée et le poème d’AimeCBAime est composé lui-même en vagues enlacées les unes aux autres. Il n’y a pas de sens de lecture véritable. Les gravures représentent des hommes qui marchent. Ils avancent et le temps passe ... Individuellement celui qui marche est unique ! Mais il est aussi multiple ! L’encre de l’impression traverse le papier népalais. On aperçoit par transparence les personnages sur l’autre face. Ils donnent le sentiment de se croiser sans se voir… Et chacun court vers son néant...

Aubuscule # 4

Année de création : 2012
Format : 18x14x1cm
Disponible
Forme : pliage revue
Texte et Illustrations : et
Fondée au printemps 2009 par le plasticien Laurent Hélie et le poète Ali Lham, la revue Aubuscule se veut éclectique, polymorphe, méditante plus encore que militante, ouverte sur l’incertitude humaine des heures de demi-jour. Elle accueille chaque année la production d’un nombre grandissant d’artistes, de chercheurs, d’inventeurs de tous les horizons de la pratique humaine, et s’attache à rassembler, à faire se rencontrer et à faire partager un large éventail de la sensibilité contemporaine, ou parfois plus ancienne, ancestrale, même primitive. Le numéro 4 multilingue et  recto verso polyglotte a été conçu et réalisé par Ingens et l’atelier Recto verso.

Multiples

Année de création : 2011
Format : 33x18x1
Disponible
Forme : leporello
Texte et Illustrations : Christine Zeitounian-Belous et AimeCBAime
Les illustrations de ce livre sont des collagraphies numérisées. La première de couverture est en plexiglas gravé.

Au réveil

Année de création : 2011
Format : 33x18x1cm
Disponible
Forme : leporello
Texte et Illustrations : Christine Zeytounian -Belous et AimeCBAime
Première de couverture en plexiglas gravé

On n'en finit pas de tomber

Année de création : 2010
Format : 35x10x1
Disponible
Forme : hybride
Texte et Illustrations : Ludovic Degroote et AimecbAime
On n’en finit pas de tomber, pourrait être un hommage aux victimes du 11 septembre 2001 Il contient des extraits du poème de Ludovic Degroote : Le monde est immédiat L’ensemble comprend deux versions La première sur support papier constitue le livre proprement dit. L’autre en est sa traduction vidéo dont le titre : Les innocents, évoque plus précisément notre candeur et notre impuissance face à la chute. Les images du livre sont des estampes numériques sur lesquelles sont imprimées des gravures sur rhénalon.

Auguste, le fil interrompu...

Année de création : 2010
Format : 21x21x3cm
Non Disponible
Forme : en feuilles
Texte et Illustrations : Marie-Odile Guy-Rouyer et AimeCBAime
A la suite d’un héritage : une collection de cartes postales remontant aux années 1900, M-O Guy découvre, à travers une correspondance, la présence d’Auguste Marcot, son grand père, mort sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale. Elle décide d’en faire un livre et me demande de réaliser des gravures.

Le dormeur

Année de création : 2009
Format : 30x10x15cm
Non Disponible
Forme : codex avec ais en bois
Texte et Illustrations : Rimbaud et AimecbAime
Un livre stèle pour évoquer le sommeil profond … A l’intérieur un jeu d’impression et de transparence : papier népalais, calque et tarlatane noire. La reliure est une structure croisée marouflée sur deux blocs de bois

Balin balan...

Année de création : 2007
Format : 20x25x1cm
Non Disponible
Forme : arborescent
Texte et Illustrations : AimecbAime et AimecbAime
A travers les fenêtres se croisent les villes du nord et les villes du sud. Prélude au foisonnement labyrinthique des rues étroites, des façades colorées et du linge qui sèche au bord des fenêtres, Balin, balan ! (comme-ci, comme-ça !) évoque le Panier, ce quartier historique et pittoresque de Marseille. Dans la grisaille rémoise il a été inspiré et réalisé entre septembre 2006 et janvier 2007 sur une proposition séduisante de l’atelier Vis-à-vis de créer un livre-oeuvre autour de Marseille. Couci-couça, je vous livre par quelques embrasures ce livre arborescent à trois niveaux, entièrement cousu main et conçu à partir de photos numériques prises dans les villes du sud. Sur les plis saillants du tronc commun sont cousus les niveaux 2 suivis des niveaux 3. Un système de photomontage joue entre extérieur et intérieur, vrai et faux, simulacre et simulation, ancien et contemporain. On repère quelques lieux emblématiques: la gare St Charles, la Fontaine Cantini, la Vieille Charité, le Fort St Jean… et les bribes d’un poème « L’étang sur la ligne de flottaison » - aimecbaime- ou des expressions courantes en provençal. 

Blancheur de l'Exil

Année de création : 2007
Format : 30x10x1
Non Disponible
Forme : hybride
Texte et Illustrations : Denis Perron et AimecbAime
Une couverture comme un mur d’enceinte en papier cartonné foncé sur laquelle court une linogravure imprimée. Seule et unique gravure, on la retrouve sur la frise de la pliure centrale et plus encore à l’intérieur. Elle insère alors, logée dans son écrin au cœur du livre, la précieuse parole extraite du poème de Denis Perron Blancheur de l’exil. Les mots inscrits sur des feuillets étroits sont cousus sur les plis latéraux de la couverture cartonnée. Marseille, point de convergence de tous les exils. L’auteur, Denis Peiron est né à Marseille en 1973. Il est petit-fils d’une génération d’immigrants juifs venus de Turquie, à l’origine terre d’exil pour ses aïeux, eux-mêmes chassés d’Espagne au XVe siècle. Mais pour Denis Perron, il s’agit d’un exil inversé, puisqu’il retrace, dans son recueil, le voyage en Andalousie, la terre de ses ancêtres. Blancheur de l’Exil est un livre conçu dans l’opposition du noir et du blanc, de la lumière et de l’ombre, du départ et du retour, de la raideur du papier cartonné de la couverture avec la légèreté du papier japon… Cousu à la main sur des perles de bois.

Maturité du vide

Année de création : 2007
Format : 20x20x1
Non Disponible
Forme : arborescent
Texte et Illustrations : André Rolland de Renéville et AimecbAime
Poème étrange, existentiel et charnel. Ici je vous offre à fouiller un livre fourmillant, expansionniste, construit sur le principe du reflet, du miroir et de la transparence. Le lecteur doit s’y perdre. Le chemin n’est pas simple. Chaque page imagée est une cellule qui prolifère et se multiplie créant des formes métastatiques. Un film anime les images entre contraction et respiration.

Moi et moi

Année de création : 2004
Format : 28x12x1
Non Disponible
Forme : leporello - épuisé
Texte et Illustrations : Roger-Gilbert Lecomte et AimecbAime
Le livre se compose d’une seule frise pliée en accordéon et rythmée par des découpes pour briser le rectangle de la page, pour évoquer le mouvement du dormeur et peut-être aussi pour suggérer comme la dimension cachée d’une existence bipolaire. Sur la face principale les illustrations mettent en scène trois temps du récit. Ce sont des gravures pleine page sur plexiglas. Les images sont saturées, elles envahissent l’espace. Entre chaque illustration, on aperçoit deux personnages, toujours les mêmes : un jeune homme et une petite fille. Appuyés à une balustrade, ils regardent la scène. Ils sont là comme des témoins, des spectateurs ou le double du lecteur. L’autre face est moins dense, plus aérée… on y retrouve des blancs, des surfaces vides.

Effet-mère

Année de création : 1998
Format : 20x25x1cm
Disponible
Forme : codex
Texte et Illustrations : Marie Christine BOURVEN et Marie Christine BOURVEN
Effet – mère est un livre poème. En filigrane s’y raconte le récit légendaire de la ville d’Ys avec Dahud, la fille rebelle de Gradlon Meur, roi de Cornouaille. Ys fut cette ville mythique insolente face à l’océan, fière, altière et qui fut engloutie par une mer violente et rivale. En breton armoricain mer se dit mor . Dahud, femme libre, intrépide, figure celtique de la séduction et trahie par les siens, dans un ultime duel d’amour et de pouvoir. Gradlon Meur son père, échappe à la citadelle abandonnant sa fille au péril des flots. Au travers : détours de sens, contours de langue et retours du mythe, en jouant des mots et du son : Effet – mère est fait de mer et fait de mort. Effet – mère évoque le déroulement ininterrompu d’une histoire matricielle, fragile et réitérée à chaque génération – de mère en fille, puis de fille en mère –Immanence féminine ou une certaine modalité d’exister, de rêver, d’espérer, d’ignorer, de regarder… Ici encore la part du texte, le poème brise en partie l’image d’une ligne oblique, celle-ci excentrée est volontairement évacuée à la périphérie de la page.

En mots passants

Année de création : 1998
Format : 30x17x1cm
Disponible
Forme : leporello cousu
Texte et Illustrations : Guy de Maupassant et MC Bourven
Je garde le souvenir des albums de la fin du XIXe siècle dont j’appréciais les illustrations hors texte. Elles étaient toujours accompagnées de leur inévitable légende : « Quand il entra, elle eut un petit rire moqueur » ou bien « Il fit mine de ne pas remarquer sa mauvaise humeur » etc. Très tôt, je me suis interrogée sur la valeur de ces phrases tronquées, soudées à leur image. Elles renvoient au contexte narratif mais prises isolément, elles conditionnent l’imagination. Elles imposent un sens aux images qu’elles contraignent et manipulent tout en réservant une part de mystère. L’idée du livre est née de ce constat. Il fallait, de mon point de vue, en perturber les règles, y semer le doute, en corriger l’arbitraire… Sur ce principe, j’ai voulu user d’une double négation : (de fausses légendes pour de fausses illustrations). Les gravures (eaux-fortes sur zinc) découpées en puzzle, représentent des scènes intérieures ou extérieures saisies à travers un miroir déformant. « Rétrovisions » sélectives d’une histoire en quête d’elle-même. Une atmosphère s’en dégage, flottante, étrange, étrangère…

Collection Verso Versatile

Format : 12x13x2
Disponible
Forme : leporello
Texte et Illustrations : et AimeCBAime
Ici, il s'agit de créer une collection avec pour principe : un format identique, une impression numérique pour les pages intérieures, une couverture en feutre avec une impression de linogravure ou du titre en typographie traditionnelle en plomb.

collection boustrophédon

Format : 14x10x1cm
Disponible
Forme : pliages
Texte et Illustrations : et AimeCBAime
Ici, toujours le principe de la collection avec au verso une grande estampe.